Retour

Le pont de Chamborde

Ici le patrimoine est caché dans le paysageLe pont de Chamborde


Un pont et des vannes sur l'Iragnon


Petit patrimoine mais vraie curiosité de ces prairies humides.


1 - Ouvrage en pierres de taille. Une des particularités de la Bresse est de ne pas disposer de pierres, même en sous-sol. Celles-ci ne sont donc là que par la volonté humaine. (Calcaire blanc dur venant du Revermont ou calcaire jaune plus friable venant du Mâconnais). Le transport devait être difficile.

2 - On trouve dans notre zone de nombreuses traces identiques en particulier le long de l'Etre marquées toujours par des pierres de taille ouvragées et plus ou moins en place au départ d'un fossé. Il y a en particulier un ouvrage semblable, un pont (toujours en usage pour les animaux) et vannage, au bas à l'Ouest de Champvent sur l'Etre.

3 - Ouvrage permettant d'assainir ou d'arroser des prairies humides. Les terrains de Bresse sont argileux et peuvent être rangés schématiquement en trois catégories:

Les parties surélevées plates propices au labour: les terrains blancs

Les coteaux, zones lessivées au fil du temps ne conservant que la composante argileuse: difficiles à travailler

Les fonds de vallée plats souvent marécageux, constitués des parties lessivées sur les coteaux (parties fines, sable), des limons déposés par les inondations, d'humus voire de tourbe: les terrains noirs. Ces vallons recueillent toutes les eaux et sont parcourus par les rivières et ruisseaux. Ils ont longtemps fourni uniquement des prairies humides inondées l'hiver et desséchées l'été au moins en surface. L'exploitation de ces prairies a nécessité des aménagements complexes d'assainissement et d'irrigation.

Historique

On retrouve des traces de cette gestion rigoureuse de l'eau dans les très anciens documents des comptes des seigneurs, conservés aux archives de Dijon. Exemple en 1450

Archives


Aprés la révolution Thomas Riboud (1755-1835) homme politique, scientifique et vulgarisateur nous a laissé des écrits où il détaille les aménagements qu'il a faits de 1805 à 1817 dans ses terres du marais de Vial jusqu'à ce pré qui lui appartenait. Ecrits publiés en 1819 dans la: Bibliothèque universelle

Cet ensemble, pont, vannage et chemin a été réalisé par Mr Bernoud d'Attignat en 1840 aprés la partition de la parcelle pour pouvoir accéder à son bien.

Un extrait de plan cadastral de Polliat découvert par J Chanut décrit l'ensemble des travaux exécutés entre 1840 et1842 pour modifier le cours de l'Iragnon.

Utilisation

Le ruisseau a été détourné récemment, il passait bien sûr sous le pont à deux travées.     Pont de Chamborde

Deux pelles permettaient de barrer l'Iragnon pour dévier l'eau dans le fossé dans le but d'inonder le pré et d'alimenter deux « bachasses » (abreuvoirs).

En cas de crue l' autre vanne permettait de barrer le fossé empêchant l'eau de rentrer sur la prairie.

Ce sont des témoins d'une agriculture au plus près de la nature, nécessitant une surveillance active. A cette époque les paysans sont nombreux et les fermes très petites.

Maurice, Janvier 2021